•  

     

     

    Cliquez sur l'image pour la voir en grand

    Malaura

    Cliquer

    Je vais devoir m'absenter pendant quelques temps.

    Des événements viennent parfois bouleverser l'existence et il faut y faire face.

    Je ne pourrai pas être très présente sur vos blogs et assidue dans mes commentaire pendant un certain temps. Ne m'en veuillez pas, je me rattraperai dès que possible.

    Merci à tous pour vos visites, merci d'avoir été là.

    A bientôt

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    26 commentaires
  •  

     Cliquez sur les images pour les voir en grand

     

    Raconte-toiMalaura

    Cliquer

    Raconte-toiMalaura

    Cliquer

    Raconte-toiMalaura

    Cliquer

    Raconte-toiMalaura

    Cliquer

    Tu as peur des gens qui passent
    Dans ta vie ou sur le trottoir d'en face
    Tu as besoin qu'ils te regardent
    Et pourtant tu restes là sur tes gardes

    Raconte-toi

    Tu écris aux visages que tu as vus
    En quadrichromie, à la une des revues
    Tu leur dis je te regarde est-ce que tu me vois
    Dans le brouillard de ma ville où j'ai si froid

    Raconte-toi

    Envoie toutes sortes de messages
    Aux inconnus et lucioles de passage
    Prends le parti du risque et des erreurs
    Le silence est toujours complice ou trompeur

    Raconte-toi

    Prends des feuilles 21 x 27, un stylo
    Une caméra super 8, un magnéto
    Regarde à l'intérieur de tes rêves et dans les journaux
    Toute la folie du monde est dans ton cerveau


    Raconte-toi

    Yves Simon

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    31 commentaires
  •  

     

    Cliquez sur les images pour les voir en grand

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

     

    Et par de-là l'espace, et par de-là le temps

    Par de-là le silence et par de-là l'absence

    En regardant le ciel, c'est vers toi que je tends

    Malaura

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    29 commentaires
  •  

     

     

    Cliquez sur les images pour les voir en grand

     

    Chouette !Malaura

    Cliquer

    Chouettes tableaux...Malaura

    Cliquer

    Les chouettesMalaura

    Cliquer

    Chouette !Malaura

    Cliquer

     

    " Vivre le monde en tant qu'un immense musée d'étrangetés. "
    Giorgio de Chirico

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    32 commentaires
  •  

     

    Cliquez sur les images pour les voir en grand

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    Soleil NoirMalaura

    Cliquer

     

    Il est le soleil noir de ma mémoire

    L’éclat diapré de mes rêves secrets

    Il est comme la fumée qui s’enfuit en volutes

    Impalpable fantôme de mon âme, de mon esprit

    Il est comme les gouttes sombres sur la vitre

    Qui roulent sans bruit dans le matin gris 

    Il est comme les yeux fauves des chats

    Qui transpercent la pénombre amère

    Il est le silence qui meurtrit

    De celui qui n’existe pas.

    Mais parfois, dans l’abîme de mes nuits

    Je le sens briller en moi

    Etrange et fugace soleil noir

    De ma mémoire endolorie

    Malaura

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    31 commentaires
  •  

     

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand

     

    MystiqueMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    MystiqueMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

     

    Dépouillement...

    Hier, au pied du calvaire je suis montée.

    A ses pieds de granit, comme une offrande j’ai déposé

    Le fardeau de mes craintes, le poids de mes douleurs

    Tous mes espoirs déçus et toutes mes tristesses

    J’avais rêvé trop grand, j’avais rêvé trop fort et trop intensément

    J’avais oublié que la vie était là, au-dehors,

    Et tout autour de moi, à éprouver, à ressentir,

    Avec la force de sa chair, avec le rouge de son sang.

    Hier, au pied du calvaire je suis allée.

    A ses pieds de granit, j’ai déposé

    Mes rêves avortés, mon illusoire amour et ma désespérance,

    Et j’en ai fait un tas...petit amas ombreux comme des feuilles mortes.

    Quand le vent s’est levé il a tout dispersé.

    J'ai vu tous mes tourments, mes larmes et mes rêves

    Dans un déchirement de mon cœur endeuillé

    S’effacer dans le ciel dans les lueurs du soir.

    Je me suis relevée...Et je sentais la vie

    Battre dans ma poitrine.

    Malaura

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    30 commentaires
  •  

      Cliquez sur les photos pour les voir en grand

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    Les beaux joursMalaura

    Cliquer

    Les beaux joursMalaura

    Cliquer

     

    Il y a un chant endormi dans toutes choses qui rêvent sans fin

    Et le monde se mettra à chanter,

    Si tu trouves le maître mot.

    Joseph Von Eichendorff

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    30 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires