• De Profundis - Chapitre I : En déshérence

     

     

    De Profundis - Chapitre I : En déshérenceMalaura

    Cliquer

    De Profundis - Chapitre I : En déshérenceMalaura

    Cliquer

    De Profundis - Chapitre I : En déshérenceMalaura

    Cliquer

    De Profundis - Chapitre I : En déshérenceMalaura

    Cliquer

    De Profundis - Chapitre I : En déshérenceMalaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    De Profundis - Chapitre I : En déshérenceMalaura

    Cliquer

    De Profundis - Chapitre I : En déshérenceMalaura

    Cliquer

    De Profundis - Chapitre I : En déshérenceMalaura

    Cliquer

    De Profundis - Chapitre I : En déshérenceMalaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    De Profundis - Chapitre I : En déshérenceMalaura

    Cliquer

    De Profundis - Chapitre I : En déshérenceMalaura

    Cliquer

     

    Le silence enveloppe d’un suaire d’argent

    Les allées désertées que les sapins ombragent

    Ici,

    Seules les herbes folles caressent encore

    Des hommes, la dernière demeure.

    Là,

    Où s’endort la mémoire, où les souvenirs meurent.

    Furtivement, le bruit des pas, peu à peu s'affaiblit,

    Comme tarissent les larmes qui roulaient sur les joues,

    Comme s'enfuient les promesses d’amour.

    En déshérence,

    Yeux clos,

    Froid du marbre sur des fronts d’absolu,

    Et baiser du chiendent, sa bouche ensauvagée,

    Chuchotant 

    Au pied d’un songe creux,

    Ses mots d’éternité.

    Malaura 

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 13 Août 2014 à 11:22

    Ahhh ! fausse manip, et mon long commentaire disparaît : j'espère retrouver les mêmes mots !!!Je disais, à quelque chose près :

    Avec un sujet casse-gueule s'il en est (les cimetières) tu parviens à nous montrer, grâce à ta patte, un monde de délicatesse et de poésie. Cela tient sans doute entre autres au fait qu'à ta façon de poster un ensemble d'images, avec des points de vue, des regards, des "caresses" différents, cela raconte une histoire. Que pontuent tes mots.
    Cette illustration sonore-là était incontournable : bien vu entendu !

    (Questions très (trop?) personnelles : connais-tu la violence et la colère, elles sont si absentes de ce que tu nous montres de toi ? Tu me dirais ton âge ?)

    2
    Mercredi 13 Août 2014 à 12:36

    @ Nikole : Ce que tu écris là est très touchant sais-tu? Cette série sur les cimetières me tenait particulièrement à cœur car je trouve qu'on trouve en ces lieux une atmosphère apaisante, silencieuse, propice à l'introspection, à la sérénité. J'ai beaucoup aimé me promener dans ces allées désertes avec mon appareil et il y aura donc plusieurs chapitres à ce "De profundis"...Concernant l'âge (là ça fait mal :), j'en suis à 16 000 jours de vie et des poussières...des poussières qui vont sans doute être chaque jour plus lourdes à porter :( Bon, concernant la colère et la violence, je suis plutôt une personne qui intériorise - trop parfois - ses émotions, quelles qu'elles soient. C'est donc plutôt une colère et une violence "rentrées" qui m'agitent et qui sortent parfois de moi sans crier gare en mots blessants et en ruades et que bien sûr je regrette après coup...D'où la recherche d'apaisement le long des allées des cimetières :) Voilà chère Nikole, j'apprécie beaucoup ton intérêt et tes manifestations d'amitié. Biz et Très amicalement - Malaura

    3
    Mercredi 13 Août 2014 à 14:26

    Me promener dans un cimetière (surtout ceux délaissés et abandonnés) est une chose que je fais régulièrement. Ces espaces appartiennent déjà à "l'autre monde", ils sont pavés de mots non dits et pourtant ils me parlent. Jardins de la mémoire des ombres errent de tombes en tombes, ils dénoncent l'irréversibilité du temps qui passe et de la vie qui s'en est allée. Seules quelques fleurs vivaces survivent dans ces jardins au sein desquels la poésie n'est jamais absente.

    Belle atmosphère et coloris délavés qui conviennent parfaitement au sujet.
    Bises amicales.

    4
    Mercredi 13 Août 2014 à 15:02
    francine

    bonjour, un joli texte; j'aime aussi me balader dans les cimetières, il y en a un très beau à côté de chez moi, mais il y a des cerbères! les photos y sont interdites... j'en ai fait une en douce pour les besoin d'un article cependant; je te souhaite une bonne journée bisous ps j'adore klaus nomi, et cette chanson en particulier

    5
    Mercredi 13 Août 2014 à 15:03
    veronique8

    Les cimetières sont comme les églises, presque les derniers lieux, avec les bibliothèques, où le calme est respecté. 

    Les cimetières ne sont pas tristes, ils sont le témoin du passage parmi les semblables. La douleur d'une perte n'a pas besoin de lieu de souvenir puisqu'elle vit au fond de nous.

    Les cimetières sont simplement cruels car ils rappellent à la vanité des vivants que rien n'est acquis ou définitif et surtout que nous ne sommes pas les immortels que nous avons la faiblesse, par peur, de croire. 

    La première, bien que superbe au niveau de l'éclairage, me fait trop penser au fronton d'un camp de concentration.

    J'aime beaucoup le verre cassé mais coloré sur la seconde.

    J'aime le pot renversé et les fines herbes folle gardées par les grosses et lourdes chaînes de la sixième.

    Sur la dernière on retrouve l'oubli des vivants conjugué au mauvais goût et à/de la bonne conscience sous la forme d'un bouquet artificiel polychrome.

    (je passerais des heures au Père Lachaise si j'étais parisienne)

    6
    Mercredi 13 Août 2014 à 15:07

    Un sujet qui touche tout le monde sans aucun doute.

    Tes mots sont d'une grande douceur.

    La magie de tout ça, c'est pour moi la dispersion de tous ces atomes agglomérés pendant quelques dizaines d'années, qui retrouvent leur liberté avant de reconstruire une nouvelle forme de vie.

    Nos morts nous les portons en nous, ils sont nos souvenirs et nos émotions.

    La série n'est pas finie ??? Tant mieux !! :):)

    Bises.

    7
    Mercredi 13 Août 2014 à 17:15
    very nice series!
    such beautiful composition, colors, lighting & textures!
    Amazing & lovely!
    8
    Mercredi 13 Août 2014 à 17:52

    Mis à part au cimetière du Père Lachaise, je n'ose jamais prendre de photos.

    9
    Mercredi 13 Août 2014 à 18:10

    Il m'arrive aussi d'aller faire des photos dans les cimetières. J'aime beaucoup la première.
    Je n'ai pas peur de la mort ni des morts, j'avoue que ce ne sont pas ceux qui m'inquiètent le plus. En général, ils sont paisibles...
    Et puis c'est un bel hommage je trouve.
    Belle fin de soirée à toi

    10
    Mercredi 13 Août 2014 à 20:22

    Fantastic work on these images from the cemetery. The colored glass image are so cool. In fact, your processing throughout is superb.

    11
    Aly
    Mercredi 13 Août 2014 à 21:59
    Aly

    The photo's are beautiful en the atmosphere is very good! 

    Gr.

    12
    Mercredi 13 Août 2014 à 22:02

    Bonjour Malaura,

    très beau texte et superbes photos, j'aime beaucoup les cimetières, avec surtout une préférence pour les cimetières Anglo saxon. C'est toujours très paisible et c'est là que nous finirons tous, pour commencer à m'y habituer je traine souvent dans ceux que je trouve sympa.yes

    Passe une bonne soirée.

    13
    Jeudi 14 Août 2014 à 01:04

    Bonsoir à tous,

    Merci beaucoup pour vos beaux commentaires que j'ai lu avec attention et intérêt. Comme l'a dit Didier un peu plus haut, le thème traité ici ne vous a pas laissé indifférents et j'en suis touchée. Encore une fois, je me répète mais tant pis, je vous suis vraiment très reconnaissante pour vos marques de sympathie, votre fidélité à venir faire ici une petite visite et à prendre le temps de laisser un commentaire sur vos impressions. C'est très agréable, c'est aussi enrichissant, bref ça fait du bien, les noms s'affichent, un petit com apparaît et voilà...tout à coup, on est content :) Bon, il est tard, avant de faire un peu trop dans la guimauve je vous laisse en vous souhaitant une très bonne nuit à tous :) Bises, Malaura

    14
    Jeudi 14 Août 2014 à 08:04

    Comme je suis heureuse de découvrir votre blog ! Son nom déjà me parle et votre blog aussi allie poésie et photo, tout ce que j'aime.

    Votre promenade dans les événements et sentiments de la vie nous amène là où tout semble se terminer et pourtant, non , puisque votre poème s'ouvre sur l'éternité.

    Passez une belle journée. Merci pour votre passage sur mon blog. Amitiés. Joëlle

    15
    Jeudi 14 Août 2014 à 10:55

    quelles image superbe ces anciens cimetière qui de sont plus entretenus quelle découverte splendide série.

    amitié

    16
    Georges
    Jeudi 14 Août 2014 à 17:02
    Même les cimetières meurent.

    Tes mots sont troublants.........je les aime.
    17
    Jeudi 14 Août 2014 à 22:49

    Un thème très intéressant qui m'évoque Spoon River de Edgar Lee Masters.

    18
    Vendredi 15 Août 2014 à 01:57

    @ Francesco : merci beaucoup de ton (re)passage ici Francesco, ta présence me fait vraiment très plaisir. Merci aussi pour la référence à Spoon River que je ne connaissais pas du tout et que je découvre grâce à toi. Je viens d'ailleurs de lire plusieurs des chants des habitants-fantômes de cette petite ville américaine, (on peut trouver l'anthologie complète sur le net), c'est génial, original, insolite, très émouvant et intéressant. Merci beaucoup donc, pour tout...Bonne nuit :)

    @ Joëlle / Mandoelle : Bienvenue Joëlle, c'est un grand plaisir de vous accueillir ici, j'en suis très heureuse et suis touchée par votre beau et si gentil commentaire. Un grand merci :)

    @ Georges : je suis très heureuse et touchée que tu aies aimé les mots qui illustrent la série et ta présence ici est toujours un grand plaisir :)

    Merci et Bonne nuit à tous !

     

     

    19
    Vendredi 15 Août 2014 à 02:15

    A great series of photos of what can be a very tranquil place for reflection!! Great quote as well which is very thought-provoking.

    20
    Vendredi 15 Août 2014 à 21:31

    Dans ma ville natale (fatale), les cimetières encerclent les vivants: chaque porte monumentale donne sur un cimetière. Dès qu'on les franchit, on a l'impression d'entendre une petite voix qui nous lance: "à très bientôt..."


    J'adore flâner dans ces espaces particuliers. Nos cimetières, non entretenus, vivent au rythme des saisons. Les herbes folles y abondent. Les troupeaux de vaches, de moutons, de chèvres broutent toutes ces herbes avec appétit! Les gens s'y reposent, dans le calme, y pique niquent, piquent une sieste...etc.Bref, c'est convivial! Voici l'un de ces cimetières à la faveur d'un printemps:


    http://bluesdefes.canalblog.com/archives/2011/03/06/20555364.html


    Dans la littérature marocaine (d'expression française), on trouve de belles pages sur le sujet.


    Cela dit, j'ai apprécié tes mots et les images qui les illustrent.


    Bonne fin de semaine lumineuse et chal-heureuse!

    21
    Samedi 16 Août 2014 à 13:15

    @ Thami : merci beaucoup Thami de ce beau commentaire qui nous offre la vision du cimetière idéal. Je m'en vais de ce pas visiter le lien proposé :) Bien à toi et très bon weekend.

    22
    Samedi 16 Août 2014 à 21:36
    Rima16

    Bonsoir ,un joli poème bien écrit ,pour un lieu qui pourrait sembler triste ,abandonné,mais il y a toujours l'âme des morts  qui veillent... tu as su prendre de beaux clichés ..bonne soirée.

     

    23
    André
    Dimanche 17 Août 2014 à 15:13

    "Dans ce pauvre monde, la comédie de la vie doit toujours se superposer à la tragédie de la mort. Aucun vivant n'arrive à être à la hauteur d'aucun défunt." (Miguel Torga)

    24
    Mardi 19 Août 2014 à 20:00

    Lumière

    de l’impermanence 

    de la vie

     

    Amitié Pascal

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :