• Le vieil homme et le mur

     

     

     Cliquez sur les images pour les voir en grand

    Le vieil homme et le murMalaura

    Cliquez


    Le vieil homme et le murLe vieil homme et le mur

    Tous les jours, depuis plus de dix ans, depuis que ses enfants l’avaient mis à l’hospice comme un vieil encombrant qu’on met au garde-meuble, il venait s'asseoir là, sur ce banc…Son banc. Puis il  tournait un peu la tête et regardait le mur, un vieux mur de briques rouges…Son mur.

    Et tous les jours depuis plus de dix ans, le vieux mur de briques rouges lui faisait un don merveilleux, l’offrande d’une mémoire retrouvée. 


    Sous les yeux du vieil homme, il s’animait. Devenait liquide. Ondoyait. Peu à peu se transformait. Puis il s’ouvrait, s’ouvrait, s’ouvrait jusqu’à laisser apparaître un tableau magnifique, un paysage d’eau et de lumière, tout droit sorti du passé du vieil homme, lorsqu’il naviguait sur les eaux argentées de la Méditerranée.


    Le vieil homme et le murC’était d’abord  un petit bout de côte brune, un front de mer miroitant sous le soleil naissant. Là-bas à l’horizon, des crêtes ocre se découpaient lentement sous un ciel rehaussé d’or, et la mer, vaste étendue céruléenne, se dévoilait tout entière aux regards,  immuable, puissante, éternelle.

    Immobile et serein, le vieil homme restait là, des heures durant, le regard perdu au large, de petites vagues venant lécher le banc et mourir à ses pieds, tandis que le bruit du ressac envahissait l’espace. Lent, pénétrant, régulier comme le cœur battant en cet instant dans sa poitrine de vieil homme.

    Et ainsi, tous les jours, depuis plus de dix ans, à cet homme qui avait su voir au-delà des briques rouges, le mur dévoilait ses trésors, révélant pour lui seul  ses entrailles de vagues.

    Le soir venu, le vieil homme se levait péniblement et regagnait à petits pas l’hospice de vieillards.

    Mais avant de partir, il se tournait vers le mur et disait :

    « A demain mon ami, je reviendrai demain… »

     Malaura

    Malaura

    Cliquez

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 11 Mars 2015 à 12:00

    Que c'est beau Malaura ! Je crois le connaître ce vieil homme. Il est en moi, en nous, je le sens. Douce journée à toi. Bises amicales. Joëlle

    2
    Adela Fonts
    Mercredi 11 Mars 2015 à 12:30

    Un vieil homme au repos, tristes, les yeux fatigués, en contemplant les paysages et les souvenirs que ton art a créé pour lui.  Vous avez transformé une réalité figurative. dans une poésie visuelle qui me fascine.

    Eh bien choisi le lien musical et enfin ... vos belles paroles écrites qui nous transporte vers un emplacement  de rêve . en bord de mer... Mentalement a pris la place du vieil homme ... et je laisse passer le temps!

    Merci beaucoup pour ce temps vécu entre la paix et la beauté ... sur votre monde imaginaire que je partage avec vous!

    Belle journée chère amie!

    3
    Mercredi 11 Mars 2015 à 12:34

    Oui MaLaura

    sous un regard rêveur

    l'immobile prend vie

    et se transforme

    en l'immage du regard intérieur

    que nous portons sur lui

     

    Amitié MaLaura

     

    J'aime ton billet

     

    4
    Mercredi 11 Mars 2015 à 12:57

    Que ces paroles sont belles et émouvantes! Tu me fais vibrer...

    Merci à toi.

    Passe une belle journée.

    5
    Mercredi 11 Mars 2015 à 13:56
    veronique8

    Tout ceci est vraiment excellent !!

    6
    Mercredi 11 Mars 2015 à 15:14

    Pour finir le mur est tombé pour lasser la vue la liberté quelle image parlante superbe.


    Belle journée
    Nic

    7
    Mercredi 11 Mars 2015 à 16:31

    Y a de quoi combler toutes ses attentes! Du regard acculé au mur, il passe à l'infini de la mer! Tout un programme poétique!

    Bonne fin de journée chal-heureuse!

    8
    Mercredi 11 Mars 2015 à 19:15

    A beautiful transformation through these series of photos!!


    An excellent narrative as well to go along with this!

    9
    Mercredi 11 Mars 2015 à 20:33

    Nos pensées se perdent facilement dans le décor que l'on veut bien imaginer...Moi qui aie une relation particulière avec les bancs, je peux comprendre cette réalité ! Merci pour ce touchant billet...Belle soirée Bises Malaura

    10
    Mercredi 11 Mars 2015 à 20:40

    "le voyage immobile"... c'est souvent l'imaginaire qui sauve du désespoir... un conte émouvant bien illustré. Amitiés Malaura

    11
    Jeudi 12 Mars 2015 à 00:37
    Michael Rawluk

    Nicely done.

    12
    Jeudi 12 Mars 2015 à 10:39

    C est emouvant

    JP

    je tape sur un clavier anglais et je ne sais pas ou sont nos accents

    13
    Jeudi 12 Mars 2015 à 11:43

    Nous sommes ce que nous rêvons...

    14
    *
    Jeudi 12 Mars 2015 à 12:17
    Garder son reve
    Derriere un regard ciel
    Le caresser de Soleil Bonheur
    Pour le voir Fleurir
    Dans le Jardin de l'Instant...

    Belle et douce journee MaLaura
    15
    Jeudi 12 Mars 2015 à 12:51

    Bon retour sur la blogo.
    Une bien triste histoire, mais cet homme abandonné n'a pas laissé sa tête sombrer, il a continué de s'évader... une belle force !
    La vie est parfois tellement cruelle.
    Les illustrations sont absolument superbes.
    Bonne journée

    16
    Jeudi 12 Mars 2015 à 17:17

    un magnifique imaginaire!! amitiés

    17
    Jeudi 12 Mars 2015 à 18:00
    francinea

    bonjour, une histoire bien triste, mais ce vieil homme a su s'évader de son hospice, je te souhaite une bonne journée bisous 

    18
    Jeudi 12 Mars 2015 à 20:56

    le sentiment que tout cela sent le vécu !! et toujours un beau travail photographique

    Bonne soirée

    19
    Jeudi 12 Mars 2015 à 20:59
    julie

    En tout cas, tu ne parles pas à un mur Malaura... un récit émouvant...   je suis touchée... Merci pour ce beau texte fluide... Bonne nuit ! A bientôt... pour le plaisir de te lire... smile

    20
    Jeudi 12 Mars 2015 à 21:20
    Lannic

    Une magnifique histoire superbement mise en images.

    Bravo et merci pour ce beau partage.

    21
    Jeudi 12 Mars 2015 à 21:23
    julie

    Ah oui, j'ai oublié... Sur ta dernière photo on dirait le continent que j'aperçois depuis la Corse quelques deux à trois fois l'été lorsque le soleil se couche et le ciel est bien dégagé... Je reste assise dans le jardin à contempler ce miracle jusqu'à son extinction...  :)

    22
    Jeudi 12 Mars 2015 à 22:33

    There is a magical, creative and imaginative feel to these.  I love!

    23
    Vendredi 13 Mars 2015 à 08:14

    Le vieil homme et le mur rencontre le vieil homme et la mer, tant que l'on garde ses rêves on n'est pas seul

    amicalement

    Claude

    24
    Vendredi 13 Mars 2015 à 11:06

    j'aime dans l'avant dernière car avec ce mur,on ressent le large...

    25
    Vendredi 13 Mars 2015 à 19:35

    Une histoire mélancolique et émouvante, Ton texte est touchant et bien illustré, une belle page Malaura...

    26
    Vendredi 13 Mars 2015 à 21:00

    Une belle réalisation sur une merveilleuse idée. Bravo, Malaura

    27
    Samedi 14 Mars 2015 à 00:00

    Je ne sais pas comment tu as fait ça mais c'est une histoire d'images dont j'aime le déroulement, la mélancolie, la transformation, la poésie, l'émotion ... C'est beau et magique. Et c'est une immobilité douce qui remue le coeur.

    28
    Samedi 14 Mars 2015 à 10:50

    Bonjour et merci à vous tous pour tous ces gentils mots que vous avez laissés ici. Ils me touchent profondément par leur chaleur et leur affection et je suis bien heureuse de vous avoir retrouvé.

    Un grand grand merci 

    Bon weekend avec mes chaleureux sentiments

    Malaura

    29
    Dimanche 15 Mars 2015 à 15:45

    Splendide ta déclinaison, j'adore la transformation photographique.

    30
    Dimanche 15 Mars 2015 à 20:58

    Bonsoir ,un texte bien émouvant.. on s'évade comme on peut ,pour oublier que l'on est seul.

    bonne soirée.

    31
    Mercredi 18 Mars 2015 à 05:58

    mise en image de l'imaginaire,

    quel talent Malaura !

    32
    Lundi 23 Mars 2015 à 11:04

    bonjour Mallaura, magnifique instant que tu nous proposes, là..beaucoup de poésie tant dans les images que dans ce texte où le mur s'efface, prend le large.. merci

    33
    Mercredi 25 Mars 2015 à 01:23

    Oh! J'aime beaucoup ce texte et les images! Il y a des gens qui savent s'évader de la petite misère pour s'envoler dans la fantaisie de la réalité. Ce côté du réel plus grand que nature.

    Merci!

    Hélène*

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :