•  

     Cliquez sur les images pour les voir en grand

    Malaura

    Cliquez

    Certaines histoires ne se racontent pas. Il faut, pour les comprendre, interpréter les signes, décrypter les mots tus, lire entre les lignes...Certaines histoires sont comme des murs, bâties avec des pierres de silence.

    Malaura

    Cliquez

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    34 commentaires
  •  

     

     Cliquez sur les images pour les voir en grand.

     

    Deux minutes d'arrêtMalaura

    Cliquez

    Deux minutes d'arrêtMalaura

    Cliquez

    Deux minutes d'arrêtMalaura

    Cliquez

    Deux minutes d'arrêtMalaura

    Cliquez

    Deux minutes d'arrêtMalaura

    Cliquez

    Deux minutes d'arrêtMalaura

    Cliquez

    Deux minutes d’arrêt

    A voir passer les trains, en attendant le tien. Deux minutes à rêver, debout, sur le bord du quai. Tout juste un instant, pour te demander qui t’attendra désormais, de l’autre côté, de la voie ferrée.

    Deux minutes d’arrêt, un chemin à refaire, pavé d’incertitudes, jonché de feuilles mortes.

    La maison sera froide. Il faudra la chauffer ; les pièces y seront vides. Quelquefois bruisseront, comme de vains échos, les soupirs et les rires qui habitaient jadis leurs vieux murs décrépis.

    Tu te prends à sourire…Tu pourrais prendre un train…Un train pour nulle part…qui ne serait pas le tien. Un qui irait à Lyon, Paris…ou Varsovie. Un qui te conduirait vers ce qu’était hier. Tu pourrais laisser là tes papiers, ta valise. Te fondre dans la foule et te perdre à jamais.

    Deux minutes d’arrêt, c’est si peu pour rêver. C’est trop peu pour changer. Ton train est déjà là, il faut que tu y montes. La maison sera froide. Il faudra la chauffer….

     

    Malaura

    Cliquez

    Deux minutes d'arrêt

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    36 commentaires
  •   

    Cliquez sur les images pour les voir en grand

     

    Chambre avec vueMalaura

    Cliquer

    Chambre avec vueMalaura

    Cliquer

    Chambre avec vueMalaura

    Cliquer

    Chambre avec vueMalaura

    Cliquer

    Chambre avec vueMalaura

    Cliquer

    Chambre avec vueMalaura

    Cliquer

    Couloirs blancs

    Murs blancs

    Chambres blanches

    Lits blancs

    Draps blancs

    Blouses blanches

    Chariots blancs

    Silence blanc

    Humeur…grise…

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    28 commentaires
  •  

     

    Cliquez sur les images pour les voir en grand

     

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

     

    Revenir, revenir

    Se perdre et revenir

    Revenir, revenir

    Vous perdre et revenir

    Dans les bruits odorants d’une machine à café

    Dans les sons crépitant d’un poste de radio

    Dans le chaos des rues, dans vos regards muets

    Revenir pour enfin vous retrouver

    Comme un soldat qui rentre de la guerre

    Et pose son barda en ouvrant grand les bras

    Refaire le chemin

    Qui me conduit vers vous

    A petits pas légers

    Dans l’aube d’un nouveau jour

    Revenir à la vie

    Et vous dire bonjour…

     

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    27 commentaires
  •  

     

     

    Cliquez sur l'image pour la voir en grand

    Malaura

    Cliquer

    Je vais devoir m'absenter pendant quelques temps.

    Des événements viennent parfois bouleverser l'existence et il faut y faire face.

    Je ne pourrai pas être très présente sur vos blogs et assidue dans mes commentaire pendant un certain temps. Ne m'en veuillez pas, je me rattraperai dès que possible.

    Merci à tous pour vos visites, merci d'avoir été là.

    A bientôt

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    26 commentaires
  •  

     

    Cliquez sur les images pour les voir en grand

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

    Malaura

    Cliquer

     

    Et par de-là l'espace, et par de-là le temps

    Par de-là le silence et par de-là l'absence

    En regardant le ciel, c'est vers toi que je tends

    Malaura

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    29 commentaires
  •  

     

    Cliquez sur les photos pour les voir en grand

     

    MystiqueMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    MystiqueMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

    DépouillementMalaura

    Cliquer

     

    Dépouillement...

    Hier, au pied du calvaire je suis montée.

    A ses pieds de granit, comme une offrande j’ai déposé

    Le fardeau de mes craintes, le poids de mes douleurs

    Tous mes espoirs déçus et toutes mes tristesses

    J’avais rêvé trop grand, j’avais rêvé trop fort et trop intensément

    J’avais oublié que la vie était là, au-dehors,

    Et tout autour de moi, à éprouver, à ressentir,

    Avec la force de sa chair, avec le rouge de son sang.

    Hier, au pied du calvaire je suis allée.

    A ses pieds de granit, j’ai déposé

    Mes rêves avortés, mon illusoire amour et ma désespérance,

    Et j’en ai fait un tas...petit amas ombreux comme des feuilles mortes.

    Quand le vent s’est levé il a tout dispersé.

    J'ai vu tous mes tourments, mes larmes et mes rêves

    Dans un déchirement de mon cœur endeuillé

    S’effacer dans le ciel dans les lueurs du soir.

    Je me suis relevée...Et je sentais la vie

    Battre dans ma poitrine.

    Malaura

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    30 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique